Un marché au village !


Presse_2010_07

article paru dans le Dauphiné Libéré le 7 juillet 2010

« Voilà deux semaines qu’il est né et les Crouseillous sont ravis. Tous les mardis matin, de 9 à 12 heures, ils accueillent un petit marché sur la place du village. M. Bense de Paysac, y propose fruits et légumes frais et M. et Mme Usala, producteurs à Cros-de-Géorand des fromages de chèvres.

Mon Pays, ma fête


Presse_2010_05

article paru dans le Dauphiné Libéré le 6 mai 2010

« Dégustez, parcourez, admirez ! Le programme est alléchant pour le week-end de « Mon pays, ma fête » les 8 et 9 mai prochains. Le thème choisi est « Au fil des saveurs et des couleurs ».

Samedi 8 mai à Cros-de-Géorand, soyez au rendez-vous ! Vous pourrez, si vous le souhaitez dès 14 heures, faire une balade jusqu’à la Ferme des Rancs, avec visite de la chèvrerie et de la fromagerie ou vous initier à la pêche sur le site du camping… Pour plus d’infos, prendre contact avec l’Office de Tourisme au 04 75 38 89 78 ou www.ardeche-source-loire.com, inscription sur www.monpaysmafete.net.

Dès 19h30, à l’auberge du Tauron, labellisé Bistrot de pays, c’est une soirée spectacle qui vous attend. Le groupe Styles animera la soirée et vous entraînera dans la magie du blues, du jazz et de la soul. Un spectacle de qualité qui vous enchantera. Réservez votre repas et votre soirée. Laissez vous bercer ou venez swinguer. Réservation au 04 75 38 88 50″

Naissances des chevreaux


Presse_2010_04

article paru dans

le Dauphiné Libéré le 29 avril 2010

« Cathy et Manu ont quitté la région parisienne en 2007 pour s’installer dans la montagne ardéchoise : « C’est un saut à l’élastique… mais sans l’élastique. En effet nous ne restons pas suspendu entre vie citadine et vie rurale. Nos orteils s’enracinent nettement dans la terre volcanique où nous avons atterri. Notre nouveau métier nous passionne ».

A la Ferme des Rancs, 38 petits chevreaux ont vu le jour en moins d’une semaine. C’est un émerveillement pour ces néo-ruraux qui expérimentent le métier de chevriers : « je n’ai jamais donné autant de biberons » dit Catherine Usala. « Le matin j’entre dans la chèvrerie en glissant le pied, comme si j’étais chaussé de skis, de manière à ne pas marcher sur les nombreuses petites pattes qui s’amoncellent autour de moi » commente le chevrier Manu « ils sont si drôles à cabrioler en tous sens. C’est à celui qui décrochera une caresse. Et ils sont si doux qu’on ne peut rester indifférents. De vraies peluches vivantes ! ».

Durant la formation d’exploitant agricole au CFPPA du Pradel, il est enseigné l’art de réaliser des mises-bas groupées pour une bonne gestion du troupeau. Il faut croire que l’école est bonne puisque tous les chevreaux sont nés en l’espace d’une semaine. Faut-il décerner un diplôme au nouveau chevrier ? Ou remettre une médaille au bouc ? »